SAINT ETIENNE : Préoccupation pour Cheikh Mbengue et Saivet à cause de la Can

  • Le marché estival terminé, l’AS anticipe déjà le recrutement hivernal avec une problématique : la Coupe d’Afrique 2017 au Gabon, ses causes et ses conséquences possibles sur l’effectif.
  • Comme Christophe Galtier l’a annoncé la semaine dernière, le marché des transferts ne s’arrête jamais vraiment à Saint-Etienne. « Dès que le mercato estival sera fini, on se projettera sur ce que devra être celui d’hiver si l’on est encore qualifié dans les compétitions. Il ne faut pas oublier qu’il y aura la CAN. C’est un point important que nous sommes en train d’analyser pour rester compétitifs », a fait savoir le technicien, qui compte sur le conseiller en recrutement David Wantier pour anticiper les problèmes. Mais quels seront-ils vraiment ? La CAN 2017, qui se déroulera au Gabon du 14 janvier au 5 février mobilisera les joueurs africains évoluant en Europe pour un gros mois, les clubs étant dans l’obligation de les laisser filer une dizaine de jours avant le début du tournoi. Ce qui veut concrètement dire qu’un « CANable » manquera entre deux et quatre matches de Ligue 1 (dont le derby face à l’OL si sa sélection se qualifie pour le dernier carré), les quarts et demi-finales éventuels de la Coupe de la Ligue ainsi que les 32es et 16es de finale de la Coupe de France. Ce qui peut représenter huit matches importants dans la saison.
  •  
  • Pogba n’y sera pas, une recrue à cause de Tannane et Saivet ?
  • Déjà, commençons par la bonne nouvelle : Florentin Pogba ne sera pas concerné, la Guinée n’ayant pas réussi à se qualifier pour les phases finales de son groupe. Aujourd’hui, un seul départ semble quasi-certain : celui d’Oussama Tannane avec le Maroc, qui va priver Christophe Galtier d’une solution dans les couloirs. Si manque il devait y avoir, ce serait d’ailleurs dans ce secteur car s’il n’a pas été appelé par Aliou Cissé pour le dernier rassemblement, Henri Saivet est un membre important de l’équipe du Sénégal et, s’il est compétitif en club, il y a peu de chances qu’il ne soit pas de l’aventure au Gabon.
  •  
  • L’inconnue Cheikh Mbengue
  • A ces deux dossiers, il faut ajouter trois gros points d’interrogation. Cheikh M’Bengue est le premier. S’il n’a plus joué en sélection depuis juin 2015 et un match contre le Burundi, le latéral gauche des Verts reste une solution, comme l’a récemment reconnu le sélectionneur sénégalais, Aliou Cissé, à « Jeune Afrique » : « La porte de l’équipe nationale n’est fermée à personne. Mais pour y venir, ou y revenir, il faut tout simplement adhérer au projet. Il y a un cadre de travail, comme dans toutes les sélections. À partir du moment où les règles sont respectées et qu’on s’inscrit dans le projet que j’ai défini, tout le monde a sa chance ». Performant avec l’ASSE, M’Bengue peut donc y retourner et ce n’est pas la seule situation « sensible » des couloirs.
  •  
  • Malcuit et Dabo, galères improbables ?
  • En effet, il y a quelques mois de cela, Kévin Malcuit a fait un appel du pied à la sélection du Maroc, annonçant qu’il répondrait favorablement à une convocation. S’il continue sur sa lancée actuelle, Hervé Renard, qui suit les performances des Verts pour Oussama Tannane, est susceptible de lui donner sa chance. Enfin, il y a un cinquième et dernier cas : Bryan Dabo. Le néo-milieu des Verts est éligible pour quatre sélections : la France, le Burkina Faso, les deux pays sur son passeport, mais également le Sénégal et le Mali. Par le biais de l’ancien vert Fousseni Diawara, directeur des équipes nationales des Aigles, cette dernière nation est fortement intéressée. « Je ne me prends pas la tête sur la question. Je me donne un an pour prendre une décision », nous confiait il y a un mois Dabo, qui caresse toujours l’espoir d’intègrer les Bleus. A priori, l’ex-Montpelliérain ne sera pas de l’aventure CAN 2017 mais si cela venait à être le cas, ce serait un autre problème, le milieu de terrain pouvant combler tous les postes des partants, y compris celui de latéral droit. Bref, la CAN s’annonce déjà comme une équation à multiples inconnues sur laquelle il faudra parer à toutes les éventualités, y compris les plus farfelues.
  •