NAVETANES – DECES DE NGOUYE THIOMBANE: Le footeux de toujours tire à jamais sa révérence

Cruel, écrasant et inexorable! Le sort, en l’espace de trois mois d’intervalle seulement, a doublement endeuillé la famille footballistique des Thiombane de Bargny (Odcav de Rufisque).

En effet, après le décès du fils et portier Abdoulaye Sembéne Thiombane survenu le 19 mai écoulé à Matam des suites d’un accident de travail. C’est autour du père, ancien milieu de terrain, Saliou Thiombane dit «Ngouye» d’être rappelé à Dieu dimanche 13 août 2017 à l’hôpital Youssou Mbargane de Rufisque. Ceci des suites d’une courte maladie. Sembéne Thiombane est parti à l’âge de 38 ans alors que son père en était à sa 70e année d’existence.

La vie tout court de Saliou Thiombane «Ngouye» semble se résumait à un paradigme de footeux en sept lettres. D’abord comme un doué milieu de terrain qui a triomphalement marqué son temps avec l’Asc Avenir de Bargny, un des clubs fondateurs de l’actuelle Asc Ferey Joogal. Puis comme encadreur attitré de cette même formation de Ferey Joogal. Et enfin comme un simple passionné de foot qui a eu à faire de Ngouye Thiombane un spectateur assidu au stade municipal de Bargny. Bref une vie entièrement consacrée aux secousses et soupapes autour du ballon rond pour cet électricien de métier.

Abdourahmane Mbengue «Tamsir», qui a eu à baver devant les arabesques de «Ngouye», s’en souvient encore. «Bargny l’avait surnommé «Yalla Dji» (le dieu en wolof) parce personne n’arriver à le maîtriser au cours d’un match. Les accélérations de Ngouye étaient dévastatrices et sa technique hallucinante. Il était continuellement en contre-pied et en caresses félines. Un seigneur du ballon rond». Dans la même dynamique, Ibrahima Faye «Dubarry», ancien joueur à Bargny, raconte. «Avec sa démarche nonchalante, Ngouye ne suscitait pas une allure d’athlète de prime abord. Mais il suffisait de le voir dans un match pour se rendre compte de son statut de redoutable dribbleur et buteur. Un véritable conté de fée.»

Avec ce double rappel à Dieu du fils (Sembéne Thiombane) et du père (Ngouye Thiombane), le site jourdesport.sn tient à renouveler ses condoléances les plus émues à la famille des deux défunts. Surtout à Djibril Thiombane «Maf» qui, en un laps de temps record, a doublement perdu un frangin et un pater. Eh oui, cher «Maf», le destin on ne l’accuse jamais on doit plutôt coopérer avec. Bon courage!!!!

Souleymane SECK (jourdesport.sn)