4es JEUX DE LA SOLIDARITE ISLAMIQUE : Deux «Lions» parmi les novices kung-fu men

Etalée du 12 au 22 mai prochain à Bakou (Azerbaïdjan), la 4e édition des Jeux de la Solidarité islamique verra enfin l’entrée du kung-fu wu shu parmi le gratin de disciplines traditionnellement en lice.

Maha Touré (60 kg) et Moussa Fall (-75 kg) sont les deux représentants sénégalais avec comme coach Me Made Khadim Guéye. Ils ont pour redoutable mission de faire briller le drapeau sénégalais à ces joutes ouvertes aux pays ayant en commun la religion islamique.

Le président de la Fédération nationale de kung-fu wu shu Me Sala Dior Mbaye place haut la barre des ambitions sénégalaises : «Seul l’or nous intéresse. Pas même l’argent. Donc nos athlètes envoyés savent ce qu’ils ont comme objectif. Avec en prime un accueil chaleureux à l’aéroport de Dakar si les objectifs assignés sont atteints. Maha Touré et Moussa Fall ont été retenus sur la base d’une sélection rigoureuse de la Dtn. Pour le kung-fu de façon générale, cette entrée en lice aux Jeux islamiques est la suite logique d’une bataille entamée avec les Jeux africains. Et comme finalité un avenir olympique bien rêvé par le kung-fu mondial».

A noter que plusieurs délégations sportives sénégalaises ont fait le voyage sur Bakou pour les besoins de cette 4e édition des Jeux de la Solidarité islamique.

S. SECK (jourdesport.sn)

 

KUNG-FU – CHAMPIONNAT NATIONAL DE SANDA: Jclt éblouit en senior, Diamniadio confirme en junior

Au gré des différents championnats nationaux de kung-fu wu shu «sanda» (combats) pour la catégorie des seniors, la valse des clubs lauréats se poursuit.

Suivant donc cette logique, Jclt de Khar Yalla de Dakar a fini leader ce week-end au détriment du champion sortant Ninchuan de Niary Tally, relégué cette fois-ci au troisième rang. Juste derrière donc la Douane, classée seconde. En revanche, du côté des juniors, Diamniadio a conforté son fauteuil de champion du Sénégal en «sanda».

Avec une moisson de huit médailles dont deux en or, Jclt a damé le pion à tout le monde. Une juste récompense pour une formation de Me Mbar Faye habituée aux prix accessits jusqu’ici. Le Dtn Me Ousmane Ngom analyse : «C’est plus que logique de voir enfin Khar Yalla s’emparer de cette 1re place nationale en sanda. Khar Yalla est toujours à l’embuscade dans l’établissement des premières dans l’élite de combats. Et à force de persévérance, les poulains de Me Mbar Faye en sont arrivés à atteindre le Graal. Ce sont des athlètes remarquables, décidés et bravant quotidiennement toutes sortes de sacrifices. Figurez-vous qu’ils s’entraînent à même le sol et sans tapis. Mais toujours avec le même engouement et la même rage de vaincre. Chapeau donc aux hommes de Me Mbar Faye.»

Ces championnats du Sénégal de «sanda» édition 2017 se sont disputés sur des tapis neufs dernier cri en sus de pleins de matériels high tech (gants et autres protèges) portés par les athlètes. Ce matériel a été offert par la Fédération internationale de kung-fu wu shu en guise de prime à la participation sénégalaise au séminaire universel d’arbitrage de l’année dernière. Le président de la Fédé nationale Me Sala Dior Mbaye et le Dtn Me Ousmane Ngom avaient été les deux émissaires sénégalais. Et depuis lors, ils sont devenus arbitres internationaux.

A signaler que ces championnats de sanda édition 2017 ont regroupé au cours des différents préliminaires plus de 300 combattants. Et 120 ont pu disputer l’étape finale de ce week-end au camp Leclerc. Un total de 28 médailles (tous métaux confondus) y a été distribué aux lauréats.

Souleymane SECK (jourdesport.sn)

Classement définitif en seniors

1er Jclt Khar Yalla (2 or, 3 argent et 3 bronze)

2e As Douane (2 or et 1 argent)

3e Ninchuan Niary Tally (2or, 2 argent et 1 bronze)

Classement définitif en juniors

1er Diamniadio (4 or, 1 argent 1 bronze)

2e As Douane (2 or et 2 argent)

3e Temple du Savoir (2 or et 1 argent)

 

Vite dit avec ...Me OUSMANE NGOM DTN : «Magnifier l’arrivée en force des régions de l’intérieur»

Jourdesport.sn: Encore un nouveau bouleversement dans la hiérarchie du sanda national…

Me Ousmane Ngom: Cela dévoile le niveau relevé du kung-fu au Sénégal. Tous les clubs se remettent en compte pour ne pas trébucher d’une saison à une autre. Et espérer avoir la première place. Cela s’est encore vérifié dimanche écoulé avec Jclt de Khar Yalla qui s’est retrouvé pour la première fois sur le fauteuil du sanda sénégalais. Et de façon logique de par sa régularité au travail et sa constance parmi les meilleurs du pays.

De nos jours, le champion du Sénégal sortant peut même être battu dès le premier tour par un combattant moins côté. Il faut aussi magnifier l’arrivée en force des régions à cette élite de sanda. Parmi elles, Kolda et Mbacké, entres autres. Ceci au terme d’innombrables sacrifices. La suprématie nationale est diversifiée et n’est plus donc l’apanage de Dakar. Les régions intérieures ont aussi des champions du Sénégal. Ce qui prouve tout l’intérêt territorial dont bénéficie le kung-fu dans notre pays. Il se trouve aussi que les gens maîtrisent de plus en plus les règles du sanda.

Avec cette émergence technique et logistique via l’acquisition de ce nouveau matériel, quel devrait le parfait prolongement ?

Désormais le Sénégal se doit d’être leader du kung-africain pour le sanda. Et cela passe par de bons résultats aux Championnats d’Afrique de juillet prochain au Bénin. Ceci malgré l’avancée que les Maghrébins ont sur nous. Tout comme la percée remarquable des Béninois qui jouissent depuis quelques temps d’un temple des arts martiaux dans leur pays. Qu’à cela ne tienne. Nos athlètes ont le courage et la technicité adaptés pour faire bouger Maghrébins et Béninois, qui eux seront sur leurs tapis en juillet 2017.

Pour l’élite de «taolus», c’est à-dire les démonstrations techniques, elle aura lieu en décembre 2017. Histoire de bien clôturer la saison. Toutefois, durant le ramadan, nous ne resterons pas les bras croisés. Des stages en arbitrage et des passages de grades meubleront ces jours de diète. Surtout en cette période, il n’est pas trop commode de se livrer à des compétitions. Eprouvantes quelles sont pour les corps, du reste.

Recueillis par S. SECK (jourdesport.sn)