EQUITATION – DECRYPTAGE 1er CSO: Grinta de Hamoudy Kazoun, Papa Nöel en Aïdibé

Deux doublés pour un début d’exercice équestre en fanfare, Hamoudy Kazoun (Nationales 1 et élite) et Yoann Aïdibé (N2 et N3) ont nettement fait sensation ce week-end. Le frangin de ce dernier, Erwann Aïdibé, n’a pas été aussi en reste dans l’épreuve Club 1. D’où ce triptyque de cavaliers en guise de décryptage dominical.

HAMOUDY KAZOUN

Un savant dosage de Pape et Bruno

En italien, le mot «grinta» regroupe l’énergie, la poigne et la décision. Alors que le mot «garra» revêt la signification de détermination dans la tribu des Charrua en Uruguay. Deux mots, qui du reste, ont été les soubassements du récital dominical de Hamoudy Kazoun en entame de concours de saut d’obstacle (Cso), ce week-end. La «grinta», le lauréat des épreuves de Nationales 1 et élite, l’a héritée durant ces cinq dernières années passées du côté du Racing club de Dakar (Rcd) coaché par Pape Seck. Alors que la «garra», Hamoudy Kazoun l’a apprise aux dépens de Bruno Rosière, son formateur retrouvé durant l’intersaison. Par ailleurs son oncle maternel.

Du coup, un tel et aussi savant dosage ne pouvait que faire des étincelles sur la piste du Poney club de Hann. Hamoudy Kazoun en est parfaitement conscient. Et le champion du Sénégal de 2016 d’en profiter pour vanter les mérites des deux techniciens émérites que sont Pape Seck et Bruno Rosière. Et surtout d’éclaircir si besoin en était encore sa partance du Rcd vers la maison de départ qu’est le Pch.

Kazoun argumente: «C’est avec un pincement au cœur que j’au dû quitter le Rcd. J’ai vécu là-bas 5 ans d’affinités avec un excellent travail exécuté sur moi par Pape Seck. Actuellement, je suis de retour au Pch où évolue ma famille. Mes relations avec Pape restent excellentes. J’ai appris de Pape et je continue d’apprendre avec Bruno. Deux bonhommes chevronnés de notre équitation. Et avec eux deux, l’équitation peut encore aller plus de l’avant.»

Né il y a 35 ans, Hamoudy Kazoun s’est forgé un palmarès XXL durant son récent passage au Rcd. Et il sera étonnant de ne pas le voir galoper davantage sur ce chemin étoilé sous les couleurs retrouvées du Pch. En tout cas, ses débuts sensationnels de dimanche dernier en donnent aisément un avant-goût enchanteur pour l’avenir avec le Poney club. Wait and see

YOANN ET ERWANN AIDIBE

On chevauche déjà vers Noël

Pour ses grands débuts dans l’enclos national, le nouveau cheval de Yasser Aïdibé à savoir Vulcain des Hurettes n’a pas eu l’impact d’un volcan avec une prestation plus que moyenne en Nationale 3. Une «hérésie» que le fils aîné de Yasser, Yoann Aïdibé (19 ans), a rectifiée en s’adjugeant le trophée de cette même Nationale 3. Pour s’imposer dans la foulée dans l’épreuve de Nationale 2. Et dire que quelques instants plutôt Erwann, le cadet des Aïdibé, avait fini de convoquer Papa Nöel sur la carrière du Pch via un limpide sacre dans le Club 1 (90 centimètres).

Et paradoxalement, aucun des sacres des Aïdibé fils n’a semblé surprendre Aïdibé père. Yasser, nous en dit le pourquoi. «Yoann a énormément travaillé avec Vegas tout au long de cette semaine. Alors qu’Erwann est un «winner» (gagneur). Des recettes qui les ont permis de s’illustrer. Faciliter en cela par la qualité de leurs montures». Leur nouveau coach de club à Ecuries Hann Marinas (Ehm), Brayane Chairny de renchérir. «Yoann comme Erwann avaient de bons chevaux à leurs dispositions à savoir respectivement Vegas et Little Boy. Ils ont galopé juste en respectant les consignes données. A savoir monter juste, sauter quand il le fallait, être bien avec les rênes et surtout rester concentrer durant tout le parcours.»

Dans deux semaines, on retrouvera au Rcd à Petit Mbao, Yoann et Erwann munis certainement de leurs galops magiques pour jouer de nouveau au Père Nöel. Et prouver vraisemblablement à la face du Sénégal que leurs victoires de dimanche au Pch n’étaient guère usurpées. Par ricochet, «blâmer» la balle ovale de leur frère commun Maël (16 ans), un adepte du rugby. Oui, car chez les Aïdibé, le seul sport qui pèse réellement est l’équitation. Et elle se transmet de génération en génération. N’est ce pas maman Sarah Chahine Aïdibé !!!

Jules JACQUET (jourdesport.sn)

Résultats techniques 1er Cso

Nationale élite: 1er Hamoudy Kazoun-Ursulline Blue (Pch), 2e Bruno Rosière-Quarando de Loine (Pch), 3e Jihane Houdrouge-Utile Mouche (Pch)

Nationale 1 après barrage: 1er Hamoudy Kazoun-Ursulline Blue (Pch), 2e Bruno Rosière-Quarando de Loine (Pch), 3e Ngoné Latyr Ndiaye-Une en Or de Bernière (Rcd), 4e Jihane Houdrouge Kazoun-Utile Mouche (Pch)

Nationale 2: Yoann Aïdibé-Vegas (Ehm), 2e Coralie Rahal-Stella (Ced), 3e Else Bredot-Tina (Rcd), 4e Sidath Ndiaye-Andula (Rcd)

Nationale 3: Yoann Aïdibé-Vegas (Ehm), Babacar Samb-Eclair (Asfa), 3e Yéléna Khoury-Adula des Etisses (Pch), 4e Clémence Blary-Ultimo Désir (Pch)