PETANQUE, TITRES INDIVIDUEL ET DOUBLETTE : Thiès et Louga redessinent le Sénégal

A travers les succès en individuel du Lougatois Bathie Sall et de la doublette thiessoise composée de Cheikhna Touré et Lahad Sarr sur des scores larges et identiques (11-0), le Sénégal a connu ce week-end un nouveau découpage sportif via son championnat de pétanque.

BATHIE SALL: Les boules de Maka Ndiaye sacrées

A 28 ans bien sonnés, Bathie Sall a décroché son tout premier titre de champion du Sénégal toutes formules confondues. C’était dimanche dernier au boulodrome Papa Arona Ndiaye de Dieuppeul (ex Saldia) au terme d’une finale de tête à tête à sens unique devant Ablaye Guéye de Diourbel. Avec ce résultat final de 11 à 0 pour l’athlète du Ndiambour face au pauvre bouliste venu du Baol.

Un score fleuve qui dénote certes tout le talent de Bathie Sall. Mais également vient récompenser les énormes efforts produits par ce pompiste de métier pour arriver enfin au sommet. En effet, Bathie Sall a longtemps raté le coche en finale de championnat national sur des détails. Comme ce fut le cas en 2012 dans l’épreuve individuelle et plus récemment en 2016 dans une apothéose de doublettes perdue devant une paire thiessoise.

Qu’à cela ne tienne ! Car aujourd’hui la réalité est tout autre pour Bathie Sall. En effet, ce natif de Kébémer est au tout simplement au zénith de sa carrière. Et se permet même de rêver de nouveau à l’équipe nationale en partance pour les championnats d’Afrique de début août en Tunisie. Comme quoi seule la persévérance et le travail sans relâche payent. N’est ce pas Bathie Sall. Lui, qui durant ses dures années d’apprentissage du Saint Coran dans un daara sis au village de Maka Ndiaye, à 7 Km de Kébémer, a commencé à taper sur du fer. La suite, tout le monde l’a connait avec ce succès dominical et cette médaille dorée tout au long du cou. Que de chemin parcouru donc pour Bathie Sall.

Le coach national Mansour Dia revient sur cette finale à sens unique entre Bathie Sall et Laye Guéye. «Cette partie, Bathie l’a disputée dans la foulée de sa demi-finale. Là où Laye Guéye est resté quasiment trois heures de temps sans rien faire et attendant donc de connaître son adversaire. Cela a peut-être été le tournant de cette finale. Ceci dit, ce sacre de Bathie Sall est très mérité.»

A signaler qu’hormis Bathie Sall, beaucoup de jeunes joueurs ont marqué ce présent exercice qui tire vers sa fin. D’où ce véritable casse-tête pour la Direction technique nationale dans la confection de l’équipe pour les besoins des Championnats d’Afrique étalés du 6 au 9 août prochain à Tunis.

TOURE-LAHAD: jeunesse savait, vieillesse pouvait!

Complémentarité-efficacité-interchangeabilité. C’était le triptyque victorieux du championnat national 2017 dans l’épreuve en doublettes. Et la bonne recette était dans les entrailles de la formation thiessoise avec le duo constitué de Cheikhna Touré (50 ans) et Lahat Sarr (30 ans). Comme pour dire que jeunesse savait et vieillesse pouvait également sur le boulodrome Papa Arona Diagne, dimanche écoulé.

Du coup, à l’instar de la finale en individuel disputée un peu plus tôt entre Bathie Sall et Laye Guéye, la doublette thiessoise s’est adjugée le titre sur un score sans appel de 11 à 0. C’était au détriment de la paire de Saint Louis pétanque club formée d’Iyane Ndiaye et Mbagnick Fall dit «Sarr».

Le directeur technique de Thiès et par ailleurs coach national, Mansour Dia, a du mal à cacher sa joie. «Durant tout le ramadan, les entraînements étaient restés intenses à Thiès. Et en termes de participation, Thiès était la formation la plus représentée à ce championnat national en doublettes avec 8 équipes en lice. Et pour couronner le tout, j’avais vivement recommandé à Cheikhna et Lahad d’être intransigeants dès les premières mènes de la finale. Histoire de tenir à la gorge l’équipe adverse et de porter prématurément l’estocade. Ce qui a été exécuté et appliqué à la lettre. D’où ce 11 à 0 survenu de façon «matinale».»

Au finish, le doyen Cheikhna Touré remportait son premier titre national en doublettes. Lui qui n’avait glané jusqu’ici que des trophées en individuel. En revanche, le môme Lahat Sarr inscrivait pour la première fois son nom au panthéon du championnat du Sénégal en pétanque. D’où ses larmes de joie. Lahat Sarr se justifie: «C’est un jour inoubliable dans ma vie de bouliste. Il fallait que je justifie mon récent transfert à Thiès en provenance d’un club dakarois. Et valoriser toutes les attentes placées en moi. Tout ceci s’est produit sur le boulodrome. Irréel et tellement fort.»

A noter que le championnat national en triplettes est fixé pour le 30 juillet à venir. C’est à cette occasion que l’on connaîtra le successeur de l’équipe de Mermoz articulée autour d’Hussein Dakhlalah, Aldiouma Bâ et Alboury Ndao. D’ici à cette date, le royaume bouliste du Sénégal va garder le bouchon avec la Coupe du Cnoss (16 juillet à Papa Arona Ndiaye) et le concours de Mermoz. Deux compétitions prévues en triplettes choisies. Histoire donc d’être dans le tempo des Championnats d’Afrique de début août, en Tunisie.

Souleymane SECK (jourdesport.sn)

Championnat du Sénégal 2017

En individuel

Bathie Sall (Louga) – Laye Guéye (Diourbel): 11-0

En doublettes

Lahat Sarr et Cheikhna Touré (Thiès) – Mbagnick Fall et Iyane Ndiaye (Saint Louis pétanque club): 11-0